Histoire > Les fusillés > Liste des fusillés

TÉNINE Maurice, 34 ans

<< Retour liste des fusillés
Portrait d'après sa stèle dans la Carrière des Fusillés
© Amicale CVRA – Création Hélène Charon architecture

NOM – Prénom : TÉNINE Maurice
DATE DE NAISSANCE : 10 Août 1907
LIEU DE NAISSANCE : Alexandrie (Égypte)
PROFESSION : Médecin à Antony (Seine)
DATE D’ARRESTATION : 17 février 1941
PRISONS et CAMPS : ClairvauxFontevraultChâteaubriant (le 15 mai 1941)
DATE DU DÉCÈS : Fusillé le 22 Octobre 1941 à la carrière de Châteaubriant.

BIOGRAPHIE :

Maurice TÉNINE naît le 10 Août 1907 à Alexandrie (Égypte)).
Sa famille, des émigrés juifs de Russie acquis aux idées bolcheviques, s’installe deux ans plus tard en France, faute d’avoir obtenu un visa pour les États-Unis.
Les TÉNINE obtiennent la nationalité française en 1926. Le père travaille comme chauffeur de taxi à la compagnie G7. Maurice fait de brillantes études secondaires au lycée Lakanal de Toulouse puis au lycée Voltaire de Paris ; il est présenté en 1923 au concours général en mathématiques, français et histoire.
Bachelier l’année suivante, il entreprend des études de médecine et obtient son doctorat en 1935. Il s’installe comme médecin à Fresnes, puis à Antony.
Pendant ses études, Maurice gagne sa vie comme traducteur de l’allemand et du russe pour les Éditions Payot et les Éditions sociales internationales.
On lui doit ainsi la première traduction de la Crise sexuelle, de Wilhelm REICH, en 1934.
C’est ainsi qu’il rencontre et épouse une jeune traductrice originaire de Bessarabie, Annette (Etléa) GALABURDA.
Le couple a eu une fille en 1934, Nadia et un fils, Roland qui est mort de maladie à cinq ans, quand son père était interné à Châteaubriant. Il a été inhumé à Antony et par la suite ses parents.
Son engagement politique est précoce : à l’âge de seize ans, il est arrêté lors d’une manifestation en faveur de SACCO et VANZETTI, deux anarchistes italo-américains condamnés à mort au terme d’un procès inique. Il milite activement à l’Union fédérale des étudiants et au PCF, dont il est conseiller municipal pour Fresnes.
Il participe également en 1933 à l’accueil des réfugiés allemands. Mobilisé de septembre 1939 à juillet 1940 comme infirmier, il est déchu de son mandat d’élu le 9 février 1940. Après la défaite, il retourne à la vie civile et à son cabinet. Il crée en janvier 1941, avec son confrère Jean-Claude BAUER, le journal clandestin Le Médecin français. Arrêté le 17 février 1941, il est interné administratif à Clairvaux puis, en mai suivant, à Châteaubriant. Médecin-major, il endosse sa vareuse d’officier de Santé français lorsqu’il est désigné parmi les 27 otages de Châteaubriant. Il est fusillé avec vingt-six autres otages à la carrière de La Sablière, le 22 octobre 1941.
Le 29 août 1945, il est fait chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume, avec attribution de la croix de guerre avec palmes, en tant que pionner de la Résistance médicale._ Sa femme, également membre du PCF, est arrêtée près de Nice en octobre 1943 et internée à Drancy. Déportée, elle meurt à Auschwitz.

1er lieu d’inhumation : Noyal-sur-Brutz
2e lieu d’inhumation : Antony

DOCUMENTS :

Sa dernière lettre

Retranscription par l’Amicale.

RESSOURCES :

Liens

Bibliographie

  • XXXXXXX, La lettre, xxxxx,octobre 2021, 52 pages (en cours d’édition).
  • Alfred Gernoux, Châteaubriant et ses martyrs, Ouest Éditions, Nantes, octobre 1991, 312 pages, ISBN 2.908261.81.2
  • Amicale des anciens internés patriotes de Châteaubriant-Voves, Lettres des fusillés de Châteaubriant, Amicale, Saint-Ouen (93), octobre 1954, 80 pages.
  • Amicale des anciens internés patriotes de Châteaubriant-Voves-Rouillé, Lettres des fusillés de Châteaubriant, Amicale, Saint-Ouen (93), octobre 1989, 124 pages.
  • Comité du souvenir, Immortels, Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant et Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure, Nantes, octobre 2019, 56 pages, ISBN 9782956979401 – Bande dessinée sur les 50 Otages. Nantes et Châteaubriant.
  • Fernand Grenier, Ceux de Châteaubriant, Éditions sociales, Paris, 1979, 240 pages, ISBN 2.209.05329.3.
  • La Mée Socialiste, 1939-1945 Telles furent nos jeunes années – Le pays castelbriantais sous l’Occupation, Les dossiers de La Mée (deuxième édition corrigée et enrichie), Châteaubriant, 2009, 302 pages, ISBN 978-2-9520381.1.9. (Téléchargement gratuit en Pdf)
  • Guy Krivopissko, La vie à en mourir. Lettres de fusillés (1941-1944), Éditions du Seuil, Paris, 27 avril 2006, 336 pages, EAN 9782757800201 – Reprise en coédition d’un ouvrage publié par Tallandier en 2003.

Si vous avez d’autres éléments, n’hésitez pas à nous écrire Icône pour aller sur la page contact de l'Amicale